Recrutement d’anguilles aux passes estuariennes

2020  :   mauvais -   mauvais
Tendance :   diminution
Mise à jour le 30 avril 2021

Sur ces 10 dernières années, les recrutements 2016 et 2017 ont été faibles. En revanche, les recrutements 2018 et 2019 étaient proches de 50% du maximum observé en 2001. Globalement, la tendance est croissante par rapport aux 5 années précédentes même si l’année 2020 présente des effectifs faibles. Ceci s’explique simplement par le fait que le suivi n’a pu être réalisé que partiellement.

Description de l’indicateur

Mode de calcul

Le recrutement aux passes-pièges estuariennes est mesuré par le nombre d’anguilles ayant été capturées dans la passe-piège sur une année, rapporté à la surface du bassin versant (km²).

Interprétation et référence

Les suivis par piégeage des rampes à anguilles sont relativement récents, malgré le fait qu’ils aient souvent été installés en même temps que la passe à anguilles. Les données sont comparées au maximum connu sur cette passe.

Résultats

  • Vie (barrage des Vallées) : 283 anguilles /km² de bassin versant (en moyenne)
    soit 9% du maximum observé depuis 2007 (3210 ang./km² en 2012)
  • Sèvre niortaise (Barrage des Enfrenaux) : 26 anguilles / km² de bassin versant (en moyenne)
    soit 19% du maximum observé depuis 2000 (138 ang./km² en 2001)

Source des données

Fédération vendéenne pour la pêche et la protection du milieu aquatique, PNR du Marais poitevin, Tableau de bord anguille du bassin Loire.