Effectif de saumons aux stations de comptage

2017  :   mauvais -   moyen
Tendance :   stable
Mise à jour le 5 avril 2018

Le nombre d’adultes actuellement observés à Vichy (rivière Allier) est faible et bien en-deçà de la capacité d’accueil du bassin de l’Allier. Le modèle de dynamique de population du saumon fournit des estimations du nombre de saumons à Vichy présents à la fin des années 70. Les effectifs observés actuellement ont été divisés par près de 5 par rapport au maximum estimé dans les années 70-80. Néanmoins, par rapport à la série de données aux stations de comptage, les effectifs 2017 sont considérés comme moyens et stables.
Rappelons que la population de saumon atlantique du bassin de la Loire est une population génétiquement unique en France et en Europe. Depuis plus de 30 ans cette population est soutenue par un programme temporaire de soutien des effectifs afin de limiter le risque d’extinction en attendant que les améliorations sur les habitats (continuité écologique notamment) soient réalisés.
L’objectif du plan de gestion actuel 2014-2019 est l’atteinte à terme d’une population de saumons sauvages qui se renouvelle naturellement.

Saumons de l’année
Maximum dénombré depuis 1997
Moyenne des 5 dernières années
Maximum estimé à Vichy par le modèle dynamique de population

Source : Legrand et Prévost, 2015

Source : Legrand et Prévost, 2015

 

Description de l’indicateur

Mode de calcul

L’indicateur est basé sur les données de suivi des remontées de saumons aux stations de comptage d’entrée d’axe du bassin de la Loire (Descartes-Creuse et Châtellerault-Vienne pour le bassin Vienne-Creuse, Decize-Loire pour la Loire amont et Vichy-Allier pour le bassin de l’Allier).
Les passages de l’année sont comparés à la moyenne des 5 années passées, ainsi qu’au maximum observé dans chacun des bassins (Vienne-Creuse, Loire amont, Allier et bassin Loire total).
Enfin, concernant le bassin de l’Allier, les résultats issus du modèle de dynamique de population (développé par Guillaume Dauphin et Etienne Prévost – INRA UMR Ecobiop – en 2012 et repris depuis 2014 par le Tableau de bord SALT sous supervision scientifique de l’INRA) sont utilisés pour comparer les passages actuellement observés avec la médiane maximale estimée des passages de saumons à Vichy depuis la fin des années 1970 (estimation basée sur les données de capture par pêche).

Les effectifs observés aux stations ne peuvent pas être considérés comme le nombre de géniteurs contribuant à la reproduction, les stations de comptage d’entrée d’axe (Vichy, Decize, Descartes et Châtellerault) étant situées très en aval des premières frayères. Des études radiopistage dans l’Allier en 2006 et 2009 ont indiqué qu’en moyenne seuls 61% des adultes comptabilisés à Vichy atteignaient les zones de reproduction (Source : logrami).

Interprétation et référence

Les résultats observés à la station de comptage de Vichy sont comparés à la médiane maximale estimée dans le modèle de dynamique de population.

Résultats

  • Les effectifs actuellement observés à Vichy en 2017 ne représente que 24,5% de la médiane maximale estimée (valeur pour l’année 1985).
  • Les effectifs comptabilisés en 2017 dans l’ensemble du bassin Loire sont à peu près équivalent à la moyenne des 5 dernières années (930 versus 946).

D’autre part, les données des stations de comptage nous permettent de connaître la distribution du saumon dans les différents sous-bassins du bassin de la Loire.

Bassin Allier Bassin Vienne-Creuse Bassin Loire amont


Source : Logrami, 2017

  • En moyenne sur les 5 dernières années, le saumon s’est réparti de la manière suivante :
    • 83% des passages ont été comptabilisés dans le bassin Allier
    • 15% des passages l’ont été dans le bassin Vienne-Creuse
    • 2% des passages l’ont été dans le bassin Loire amont

Source des données

LOGRAMI, Tableau de Bord SALT, INRA-UMR Ecobiop

En savoir plus

Documents joints

Rapports d'études
12 juillet 2015
3,6 MB

Legrand-et-Prevost-2015

Legrand et Prévost, 2015

Le rapport présente les avancées, mises à jour et développement de nouveaux scénarii réalisés en 2014. Le rapport propose ainsi des simulation à 20 ans relatives au réaménagement du barrage de Poutès